'Bricks' au cinéma

// 'Bricks' au cinéma

Quentin Ravelli // France // 2017
// 83 min // Couleur // HD

Jaquette 'Bricks' au cinéma

LE 18 OCTOBRE 2017 AU CINÉMA

Des carrières d’argile abandonnées aux crédits immobiliers impayés, les briques espagnoles incarnent le triomphe puis la faillite économique d’un pays. Usines qui ferment la moitié de l’année, ville-fantôme curieusement habitée, guerre populaire contre les expropriations orchestrées par les banques : suivre le parcours d’une marchandise – les briques – donne un visage à la crise et dessine les stratégies individuelles ou collectives qui permettent de la surmonter.

// RENCONTRES à partir du 18 octobre
au Cinéma les 3 Luxembourg à Paris 


Mercredi 18 octobre - 20h : Bricks, l’Espagne et la France

Film suivi d’une discussion avec le réalisateur et l’association Españolas en Paris. À l’issue du débat : signature du livre de Quentin Ravelli, Les Briques Rouges (ed. Amsterdam), complémentaire du film, en partenariat avec La Librairie de l’Escalier.

Jeudi 19 octobre - 18h : Cinéma et sciences humaines

Film suivi d’une discussion avec le réalisateur et Gilles Laferté, sociologue à l’INRA, et Eric Wittersheim, anthropologue à l’EHESS, autour des relations entre le cinéma, la sociologie, l’anthropologie et l’histoire.

Vendredi 20 octobre - 20h : Cinéma et architecture

Film suivi d’une discussion avec le réalisateur et Marguerite Vappereau, enseignante en cinéma à l’université de Bordeaux.

Lundi 23 octobre - 20h : Quand l’objet devient personnage 

Film suivi d’une discussion avec le réalisateur et Marion Lary d’Addoc, association des cinéastes documentaristes.

Mardi 24 octobre - 20h : Podemos et la crise politique espagnole

Film suivi d’une discussion avec le réalisateur et Alberto Amo, co-auteur de Podemos, la politique en mouvement - de l’ascension fulgurante au bras de fer politique.

Jeudi 26 octobre - 20h : La crise du logement aujourd’hui, comparaisons internationales

Film suivi d’une discussion avec le réalisateur et Jean-Baptiste Eyraud, porte-parole du DAL.

Vendredi 27 octobre - 20h : L’Espagne, un portrait filtré par les médias ?

Film suivi d’une discussion avec le réalisateur et Ludovic Lamant (Mediapart), auteur de Squatter le pouvoir. Les mairies rebelles d’Espagne, autour du municipalisme et le rôle des médias dans la sélection des informations entre l’Espagne et la France.


"J’avais à l’esprit le tressage d’une natte liant ces différents éléments qui ne se rencontrent pas physiquement dans la réalité : le maire qui se bat pour remplir sa ville fantôme, les gens qui s’organisent pour se battre contre les banques afin de faire annuler les dettes, et bien sûr l’industrie de la brique. D’où la forme en mosaïque du film, le point de vue sur la crise se déplace sans cesse, ce qui permet de comprendre différentes facettes." Quentin Ravelli

NOTE D'INTENTION DU REALISATEUR

BRICKS, UNE TRAVERSÉE DANS L’ESPAGNE EN CRISE
Par Quentin Ravelli

En Espagne, la crise continue à s’aggraver malgré les déclarations du gouvernement. Depuis 2007, le chômage est passé de 8% à plus de 19%, les salaires ont baissé et les services publics continuent à réduire leur voilure. De nombreux mouvements sociaux ont vu le jour et remis en cause l’influence des banques, les suppressions d’emploi, la corruption qui gangrène l’appareil d’État. Même le système parlementaire, stable depuis la fin de la dictature en 1974, s’est mis à se fissurer : la percée de Podemos, devenu en trois ans l’une des premières forces politiques, enraye l’alternance monotone de la droite et de la gauche au pouvoir. Contrairement à la France, et même si la contestation s’essouffle, la remise en question ne vient pas de l’extrême droite.

La crise du logement en Espagne : « No es una crisis, es una estafa ! »

Un des aspects les plus marquant de cette situation est la crise du logement : après avoir construit plus de maisons que la France et l’Allemagne réunies, la bulle immobilière a éclaté et les expulsions se sont généralisées, dans un pays où on estime qu’il y a plus de 5 millions de logements vides. Au moins 700 000 familles ont été menacées d’être mises à la rue car elles ne réussissaient pas à payer leurs crédits immobiliers. Ce sont des crédits élevés, inadaptés, impossibles à rembourser, qui se sont implantés jusque dans les strates les plus pauvres de la population. Ce qui justifie le slogan désormais populaire en Espagne : « Ce n’est pas une crise, c’est une arnaque ! » En Espagnol, un mot résume toutes ces absurdités tragiques : le « ladrillo ». Au sens propre, c’est la « brique » dont sont fait la majorité des immeubles en Espagne. Au sens figuré, c’est le système politico-financier à l’origine de la spéculation et de l’effondrement du pays. Pour faire ressentir les aberrations du ladrillo sans accumuler les discours de victimes, le film suit la vie des briques rouges. Autour d’elles, se collent des personnages qui résistent, chacun à leur manière.

Des portraits sensibles et contradictoires

En croisant plusieurs fils, Bricks raconte la tempête sociale que traverse l’Espagne aujourd’hui. Le maire d’une ville nouvelle, construite dans les années 2000 et devenue une ville-fantôme, cherche à changer l’image de sa ville qui se remplit peu à peu. Une usine de briques de Castille survit en exportant des modèles de briques de façade qui portent des noms de Dieux grecs. Une femme équatorienne avec deux enfants empêche l’expulsion de son logement et se bat contre sa banque pour obtenir l’annulation de sa dette avec l’aide d’un des mouvements sociaux les plus puissants en Espagne : la Plateforme des Victimes du Crédit, ou Plataforma de los Afectados por la Hipoteca. En évitant les discours d’experts, à partir de situations concrètes et sans discours préétabli, Bricks cherche à dresser des portraits de résistances qui ne sont jamais simples : le maire affronte une dure opposition, les ouvriers de l’usines paient leur crédit et ne se révoltent pas, les changements politiques n’ont pas radicalement modifié la crise du logement… Ces portraits permettent de voir l’Espagne comme un contre-point à la France d’aujourd’hui, sans l’idéaliser.

BIO

Quentin Ravelli est né en 1982. Il est sociologue, chargé de recherches au CNRS, écrivain. En croisant sociologie du travail, économie politique et ethnographie, il suit le parcours de marchandises "à risque" pour mieux comprendre les contradictions de la crise économique et leurs conséquences sociales. Sa thèse, La Stratégie de la bactérie – une enquête au cœur de l’industrie pharmaceutique a été éditée aux Editions du Seuil en 2015.
Il est aussi romancier. Ses deux premiers romans, Retrait de Marché (2011) et Gibier (2013) ont été publiés chez Gallimard. Bricks est son premier film.

UN LIVRE / UN FILM

Le film Bricks fait écho au livre Les Briques rouges. Dettes, logement et luttes sociales en Espagne (éd. Amsterdam, déjà disponible), suit la vie d’une marchandise ordinaire sur laquelle repose un système entier de domination économique et politique.

Pour en savoir plus : http://www.editionsamsterdam.fr/

SELECTIONS FESTIVALS

Documenta Madrid - Compétition 2017
Etats généraux du film documentaire de Lussas - Lussas 2017
Festival Jean Rouch - Compétition 2017

- L'actualité du film à suivre sur : Facebook.com/Brickslefilm

TELECHARGEMENT

- Affiche du film HD
- Affiche du film web
- Photos presse (300 dpi)
- Dossier de presse
- Bande-annonce (mp4) ou sur Viméo
- DCP FA téléchargeable via ce lien

CONTACTS

Stock Affiches : Affiches et 4-pages (gratuits pour les salles) : Sonis
Circulation DCP : guillaume[at]survivance.net
Programmation : Jérémie Pottier-Grosman / pottier.jerem[at]gmail.com
Visa CNC : 142.152

 


Actualité

C'est officiel, L'Envers du décors de Mila Turajlic fera sa première mondiale au Torronto International Film Festival en Septembre 2017 !

Après une première mondiale au Documenta MadridBricks de Quentin Ravelli sera projeté aux Etats Généraux du Film documentaire de Lussas ainsi qu'au Festival Jean Rouch.

Nous sommes heureux d'annoncer que Des Spectres hantent l'Europe de Maria Kourkouta, a été séléctionné à Documenta14 Kassel aux Etats Généraux du film documentaire de Lussas, au Festival Jean Rouch, ainsi qu'à Gindou Cinéma !


Blog

De McBride à Joseph Morder
>> Lire le blog

Weekend at the beach...
>> Lire le blog

A l'occasion de la sortie en salles du Journal de David Holzman, Jim McBride revient sur son film réalisé il y a près de 45 ans.
>> Lire le blog